Greenpeace souhaite que le prochain gouvernement régional bruxellois se dote d'un ambitieux plan pour se débarrasser des voitures à carburant fossile, fait part l'ONG mardi.

Lors d'un colloque à Bruxelles mardi, Bruxelles Environnement présente les résultats d'une vaste consultation des parties prenantes sur l'interdiction des véhicules à moteur à combustion en Région de Bruxelles-Capitale. Greenpeace était une des organisations associées et attend du gouvernement bruxellois un plan ambitieux pour l'abandon des voitures à carburant fossile.

"Le climat et notre santé exigent une gestion ambitieuse sous la prochaine législature", commente Joeri Thijs pour Greenpeace. "Le gouvernement bruxellois actuel avait pris un engagement de principe pour ne plus autoriser d'ici 2030 de voitures diesel. Mais ce processus doit être accéléré. Les voitures diesel doivent être bannies au plus tard en en 2025 et les voitures à essence ou gaz naturel en 2030."

Selon Greenpeace, le soutien de la population est indéniable. "Les parents, les élèves, les enseignants protestent depuis des mois pour un air plus sain et davantage d'ambition climatique. Bruxelles doit s'affirmer comme ville pionnière et s'inspirer de ce qui a été décidé à Paris, par exemple. Dans la capitale française, les voitures diesel ne seront plus les bienvenues en 2024, et les voiture à essence à partir de 2030."