Une touriste danoise est décédée à Liège ce lundi matin. Le chirurgien qui devait l'opérer a été bloqué dans les embouteillages causés par le blocage du viaduc de Herstal par les manifestants de la FGTB.

Ce lundi matin, à six heures, la dame est admise en urgence à la clinique Notre-Dame de Hermalle. Atteinte d'une rupture d'anévrisme, elle risque de mourir et doit être opérée tout de suite, rapporte la RTBF.

Le chirurgien de garde est rappelé mais il reste coincé dans les embouteillages provoqués par le blocage du viaduc de Herstal par les manifestants de la FGTB. Interrogé par la RTBF, Philippe Olivier, directeur médical du CHC, explique la situation: "Ce chirurgien a été bloqué à la descente de l'autoroute de Cheratte devant le pont, ce fameux pont qui faisait l'objet d'une manifestation et qui était complètement bloqué, sans aucune possibilité de passage, y compris par les voies d'urgence".

Philippe Olivier pointe les "conséquences en terme de santé publique" puisque "les voies d'accès n'étaient pas libres, le blocage n'avait pas été annoncé, il n'était d'ailleurs pas autorisé".

Grâce l'aide d'un motard de la police, le chirurgien s'extirpe finalement de l'embouteillage. Il arrive toutefois à l'hôpital avec trois quarts d'heure de retard. Il opère alors la patiente mais celle-ci décède quelques heures après.

"Il y a un lien de cause à effet effectivement des mouvements sociaux et du délai anormal du transport du médecin vers son lieu de travail" explique Philippe Olivier. Selon le directeur médical, le retard pris par le chirurgien, causé par le blocage de l'autoroute, a diminué les chances de survie de la patiente: "On peut dire qu'il y a eu une perte de chance qu'il faudra démontrer et chiffrer surtout".

Egalement interrogé par nos confrères du service public, Francis Gomez, qui s'exprime pour la FGTB Liège-Huy-Waremme, estime que "si cet hôpital n'est pas capable de dédoubler un chirurgien de garde, alors c'est cet hôpital qui a un problème de fonctionnement".

A cela, l'hôpital répond que "c'est une excuse un peu facile". "Déclarer que bloquer les autoroutes autour de Liège ne va pas désorganiser gravement le fonctionnement des institutions, notamment hospitalières, c'est de la mauvaise foi." Le Centre Hospitalier a également expliqué que les gardes des médecins étaient organisées selon les normes nationales contrôlées par la Région wallonne et non gérées comme bon leur semble. L'excuse d'avoir dû prévoir un autre médecin ne tient donc pas la route par rapport à l'organisation contrôlée des médecins de garde notamment. 

Le Centre Hospitalier Chrétien maintient sa volonté de déposer plainte contre X pour homicide involontaire.