Policiers, gens du voyage et notables: une méga escroquerie en chambre du conseil

Policiers, gens du voyage et notables: une méga escroquerie en chambre du conseil
©Shutterstock
BELGA

La justice s’intéresse à des gens du voyage, des policiers et des notables.

La chambre du conseil de Bruxelles examine ce lundi le dossier relatif à une importante escroquerie autour de la vente de véhicules d’occasion.

Souvenez-vous : le 7 mai 2019, 1 200 policiers avaient pris part à une opération d’envergure visant une organisation criminelle active dans un trafic de voitures.

Quelque 200 perquisitions avaient été menées, notamment à Bruxelles et à Charleroi mais aussi en France, et une cinquantaine de personnes avaient été interpellées.

Au terme de l’enquête diligentée par le parquet fédéral, ce sont près de 80 personnes qui sont suspectées d’avoir été mêlées à environ 620 faits litigieux. Le préjudice, qui concerne quelque 1 000 victimes, est estimé à plus de 6,5 millions d’euros.

Gens du voyage inquiétés

Le dossier concerne une organisation criminelle responsable d’escroqueries via l’achat de véhicules d’occasion. Les principales victimes sont les vendeurs, à savoir des particuliers qui mettaient en vente leurs véhicules via des annonces postées sur des sites web spécialisés.

De prétendus acheteurs répondaient aux annonces. De faux virements étaient ensuite effectués devant le vendeur, à qui était montrée, sur un téléphone ou sur une tablette, une fausse confirmation d’envoi de virement bancaire. Puis le véhicule acheté était rapidement exporté vers l’étranger.

À la suite de l’opération de police menée en mai 2019, 90 caravanes, 91 voitures et 34 biens immobiliers ont été saisis de même que des bijoux, de l’argent liquide et des armes. Et ceci au sein de la communauté des gens du voyage. Par ailleurs, de nombreux mandats d’arrêt européens ont été délivrés à l’encontre de suspects basés à l’étranger.

Policiers inculpés

Dans les semaines qui ont suivi les perquisitions, d’autres "perquis" ont été orchestrées, notamment dans un commissariat de la police locale de Roux, près de Charleroi, et dans les locaux des unités spéciales de la police fédérale à Etterbeek, en région bruxelloise. Plusieurs policiers ont été inculpés pour corruption.

Une étude notariale, une banque, un garage automobile ainsi que la DIV, le service d’immatriculation des véhicules, ont également été perquisitionnés, ce qui a abouti à d’autres inculpations, notamment pour corruption, blanchiment d’argent et faux.

Sur le même sujet