Pieter De Crem souhaite que la reconnaissance faciale soit utilisée par la police, mais cela ne fait pas l'unanimité

L’usage des nouvelles technologies au sein de la police n’est pas une nouveauté.Les prouesses en la matière permettent d’évoluer et d’avancer plus rapidement dans la résolution de nombreuses enquêtes judiciaires. Le traitement et l’analyse des données ADN en sont un exemple parmi d’autres. C’est sur la base de cet argument notamment que le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), souhaite intégrer un nouvel outil pourtant fort décrié : la caméra à reconnaissance faciale.

Pieter De Crem souhaite que la reconnaissance faciale soit utilisée par la police, mais cela ne fait pas l'unanimité
©Unsplash

L’usage des nouvelles technologies au sein de la police n’est pas une nouveauté.

Les prouesses en la matière permettent d’évoluer et d’avancer plus rapidement dans la résolution de nombreuses enquêtes judiciaires. Le traitement et l’analyse des données ADN en sont un exemple parmi d’autres. C’est sur la base de cet argument notamment que...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet