Que risquent les participants à la désobéissance civile de la culture ?

Après que des tenanciers de cafés ont annoncé leur intention de rouvrir les terrasses le 1er mai (et non le 8 mai), c’est la culture qui défie les autorités publiques.

Que risquent les participants à la désobéissance civile de la culture ?
©BELGA
L’ordonnance du tribunal de première instance de Bruxelles condamnant l’État belge à adopter un cadre légal ne pourrait-elle pas permettre aux organisateurs de ces événements culturels d’éviter amendes et/ou prison ? Pour Laurent Kennes, avocat et professeur de droit pénal...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet