Une ado se suicide à Gand après avoir été violée : les deux suspects majeurs restent en détention

Les deux suspects majeurs soupçonnés du viol d'une adolescente de 14 ans, qui s'est suicidée quatre jours après les faits, sont maintenus en détention, a décidé mercredi la chambre du conseil de Gand.

Une ado se suicide à Gand après avoir été violée : les deux suspects majeurs restent en détention
©pexels
Belga

Les deux hommes, âgés de 18 et 19 ans, étaient absents à l'audience en raison d'une mise en quarantaine liée aux mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus.

Dans cette affaire, trois autres agresseurs présumés sont mineurs. L'un a été placé au centre fédéral fermé pour jeunes "De Grubbe" à Everberg, tandis que les deux autres ont intégré une institution judiciaire pour mineurs à Wingene. Selon le quotidien Het Nieuwsblad, il s'agit de deux frères âgés de 14 et 16 ans, qui ont été placés pour respectivement un et trois mois.

Le 15 mai, une adolescente de 14 ans a été violée dans le cimetière Westerbegraafplaats de Gand. Elle avait rendez-vous avec un ami, mais quatre autres jeunes les ont rejoints. Ils sont suspectés d'avoir violé la victime tout en se prenant en photo et d'avoir ensuite diffusé les images sur les réseaux sociaux. Quatre jours après son viol, la jeune fille s'est donné la mort.

Après analyse des images, la police a arrêté les cinq agresseurs présumés, trois mineurs et deux majeurs. Ces deux derniers suspects, âgés de 18 et 19 ans, ont été placés sous mandat d'arrêt pour viol, attentat à la pudeur ainsi que la prise et la diffusion de photos susceptibles de constituer une atteinte à l'intégrité d'une personne.

Les suspects ont reconnu les faits mais leurs rôles doivent encore être établis.

La chambre du conseil de Gand a décidé mercredi de les maintenir en détention pour un mois supplémentaire, alors que l'avocat du suspect de 19 ans, Me Steven De Canck, avait demandé une libération conditionnelle.

La défense peut aller en appel de cette décision auprès de la chambre gantoise des mises en accusation. Une option toutefois rejetée mercredi après-midi par Me De Canck. "Nous avons confiance en l'enquête", a ajouté l'avocat, qui devait encore s'entretenir avec son client.

Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be.