La tante de Jürgen Conings ne croit pas à son suicide: "C’est impossible qu’il se soit suicidé, on demande une enquête"

Malgré les premiers éléments de l'enquête, la famille de Jürgen Conings continue à croire qu'il ne s'est pas donné la mort.

La tante de Jürgen Conings ne croit pas à son suicide: "C’est impossible qu’il se soit suicidé, on demande une enquête"
©Belga

Ce dimanche 20 juin, le corps de Jürgen Conings a été retrouvé dans le dans le bois de Dilsen. L'ancien militaire avait disparu depuis le 17 mai dernier et était considéré comme suspect terroriste en raison de ses tendances d’extrême droite et des menaces qu’il avait tenues à l’encontre du virologue Marc Van Ranst.

Plusieurs de nos confrères ont eu l'opportunité d'interroger Debbie, la cousine de Jürgen Conings, ainsi que sa tante. Debbie explique qu'elle n'était pas spécialement proche de son cousin, mais que depuis quelques mois elle avait multiplié les contacts. Selon elle, son cousin ne représentait aucun danger pour la société. "Au début de cette année, je suis devenue mère et Jürgen m'a rendu visite à la maison à Dilsen. Il a aussi apporté un cadeau. Jürgen n'aurait jamais commis une attaque (...) Ce qui est sûr, c'est qu'il avait besoin d'aide. Bien qu'il n'en ait pas parlé avec moi et apparemment pas avec sa petite amie non plus. Il avait vu trop de choses à l'étranger qui l'affectaient psychologiquement. S'ils l'avaient aidé, rien de tout cela ne serait arrivé", a-t-elle confiéau Nieuwsblad et à Het Laatste Nieuws.

Debbie poursuit en qualifiant d'"épouvantable" la manière dont la compagne de Jürgen Conings a été traitée par les forces de l'ordre. En effet, ce 18 juin la police avait encore interrogé Gwendy, dernière petite amie en date de l'ancien militaire, non pas comme une témoin mais en tant que suspecte. Les enquêteurs ont cherché à savoir si elle était au courant des projets de son partenaire ou encore si elle savait où il se trouvait. Cette dernière a d'ailleurs appris le décès de son compagnon à travers les médias. Si elle ne s'est pas exprimée publiquement depuis la découverte du corps, son avocat a néanmoins expliqué qu'elle était prise dans une énorme tempête.

De son côté, la tante de l'ancien militaire, qui refuse de voir son nom apparaître dans les médias, s'interroge sur la manière dont le corps a été découvert. "Je crois qu'il a été assassiné. Personne n'entend ou ne voit rien. 500 hommes le recherchent, et un homme finit par sentir un cadavre? Le bourgmestre est venu ici une fois et l'a trouvé? Je n'y crois pas", a-t-elle expliqué à la RTBF. Elle poursuit en affirmant qu'elle refuse de croire en la thèse du suicide. "C'est impossible qu'il se soit suicidé, c'est pour cela qu'on demande une enquête pour savoir ce qui s'est réellement passé. Il a bien sûr été tué. C'est ce qu'on croit encore plus aujourd'hui qu'hier. Tué par qui? Par tous ceux qui l'ont cherché. Ces cinq cents personnes. Pourquoi? Pour ramener un terroriste, tiens. Et ce nom de terroriste doit disparaître, car il n'a rien fait à personne". Jusqu'au bout, la tante de Jürgen Conings l'aura soutenu. Ce samedi encore, elle avait organisé une marche en l'honneur du soldat porté disparu.

Ce 21 juin, le Parquet a confirmé que, selon les premiers éléments de l'enquête balistique et médico-légale, Jurgen Conings aurait bien mis fin à ses jours avec une arme à feu.