Une entreprise gantoise condamnée pour sexisme

Le tribunal du travail a condamné BV BNKS et sa gérante pour discrimination fondée sur la maternité et le sexe.

Une entreprise gantoise condamnée pour sexisme
© Shutterstock
M.Ben (avec Belga)

Le tribunal du travail de Gand a condamné l’entreprise BV BNKS et sa gérante pour discrimination fondée sur la maternité et le sexe, a indiqué, ce mercredi, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, l’IEE.

La condamnation fait suite à un incident avec un candidat qui en réponse à sa candidature en tant qu’ambulancier avait reçu de la gérante de BV BNKS le message suivant : "Étranger, 22 ans, pas d’expérience, donc inutile de m’envoyer ça. Pas d’étrangers, pas de personnes sans expérience et pas de femmes avec de jeunes enfants, c’est voué à l’échec dès le départ." La gérante pensait envoyer sa réaction à un responsable du personnel du VDAB.

En raison de la référence concrète aux femmes ayant de jeunes enfants, l’IEE a entamé une action en cessation devant le tribunal du travail de Gand. L’Institut a souligné que l’entreprise se basait sur un préjugé négatif envers les femmes et les jeunes mères dans le cadre de sa politique de recrutement.

Pas la première condamnation

Le 17 février 2021, BV BNKS et sa gérante ont déjà été condamnés pour discrimination fondée sur l’origine, dans le cadre d’une procédure que la victime a initiée avec Unia. Le 22 avril 2021, le tribunal du travail a de nouveau condamné BV BNKS, cette fois pour discrimination fondée sur le sexe et la maternité. Il a ordonné à l’entreprise de mettre fin à sa politique de recrutement discriminatoire, sous peine d’astreinte.

Le jugement doit être affiché dans les locaux de l’entreprise. "Le tribunal envoie un signal clair à la société : la discrimination fondée sur la maternité et le sexe ne sera pas tolérée", déclare Michel Pasteel, directeur de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes.M.Ben (avec Belga)

Sur le même sujet