Mohamed Abrini, "l'homme au chapeau", transféré de la Belgique vers la France

Le Belgo-Marocain Mohamed Abrini, qui doit être jugé à partir de septembre à Paris pour les attentats du 13 novembre 2015, a été transféré jeudi d'une prison belge vers un établissement de la région parisienne, a appris l'AFP de sources proches du dossier.

placeholder
© Reporters
Belga

Des sources judiciaires belges proches du dossier ont également confirmé à l'agence Belga que le transfert a bien été réalisé ce jeudi, mais le parquet fédéral ne souhaite pour sa part pas encore faire de déclaration sur cet aspect du dossier.

Mohamed Abrini, 36 ans, connu comme "l'homme au chapeau" qui a renoncé à se faire exploser au moment des attentats de mars 2016 à Bruxelles, compte parmi les vingt accusés dont le procès pour les attaques du 13 novembre doit s'ouvrir le 8 septembre devant la cour d'assises spéciale de la capitale française pour durer au moins sept mois.

Il est un des proches de Salah Abdeslam, le seul membre encore en vie des commandos djihadistes qui ont fait 130 morts à Paris et dans la commune voisine de Saint-Denis.

Dans ce dossier, Mohamed Abrini est jugé pour avoir accompagné en banlieue parisienne les commandos du 13-Novembre. Des images de vidéosurveillance l'ont montré en compagnie de Salah Abdeslam dans une station service de l'Oise, au nord de Paris, l'avant-veille des attentats.

Il est aussi soupçonné d'avoir participé au financement de l'opération et à la fourniture des armes.

Incarcéré en Belgique depuis son arrestation à Bruxelles le 8 avril 2016, il a été transféré jeudi matin dans une prison de la région parisienne où il restera détenu tout le temps du procès, selon ces sources belges et française.

A ce procès, six accusés seront jugés par défaut (donc cinq présumés morts) et quatorze sont attendus devant la cour.

Parmi eux, onze sont actuellement détenus, et ceux qui ne sont pas déjà en région parisienne devraient rapidement être transférés, comme l'a été Mohamed Abrini.

C'est notamment le cas du Tunisien Sofien Ayari et du Suédois Osama Krayem, tous deux incarcérés en Belgique, dont le transfèrement est imminent, d'après une source judiciaire belge.

Après le procès parisien, Mohamed Abrini, Sofien Ayari et Osama Krayem retourneront en Belgique car ils sont mis en cause dans la procédure belge pour les attentats du 22 mars 2016 (32 morts à Bruxelles) qui devrait déboucher sur un procès dans la capitale belge en septembre 2022.

Au total, six des 20 accusés au procès du 13-Novembre, dont Salah Abdeslam, seront également jugés pour les attentats de Bruxelles.

Les attaques de novembre 2015 et mars 2016 avaient été revendiquées par le groupe Etat islamique. Elles sont le fait d'une même cellule djihadiste franco-belge.