Jusqu'à neuf ans de prison pour une bande albanaise active dans le trafic de drogues

Lors de perquisitions, les enquêteurs avaient saisi 700 kg de cocaïne et 583 350 euros.

placeholder
© Shutterstock
BELGA

Le tribunal correctionnel de Louvain a condamné vendredi neuf membres d’un gang albanais qui produisait de la cocaïne à des peines comprises entre trois et neuf ans de prison. L’organisation criminelle disposait de trois laboratoires, à Bierbeek, Zaventem et Bruxelles.

Selon les calculs du ministère public, la bande a réalisé un chiffre d’affaires de quelque 33 millions d’euros pendant l’année et demie où elle a été active.

L’enquête a débuté après qu’un grossiste bruxellois de produits de peinture a signalé un achat suspect de 1 000 litres d’acétone. Le travail des enquêteurs a révélé que la bande albanaise utilisait cette acétone pour fabriquer de la cocaïne "pure" prête à l’emploi à partir de la cocaïne dont ils disposaient.

Ses membres ont collecté le produit de base en grandes quantités aux Pays-Bas auprès de fournisseurs inconnus du tribunal.

Selon le procureur, l’organisation a ensuite mélangé la coke avec du tétramisol, un produit vermifuge pour chiens.

Le 10 mars 2020, la police a perquisitionné plusieurs appartements, maisons et box de garage à Bierbeek, Zaventem, Jette, Ganshoren, Schaerbeek et Bruxelles sur la base, entre autres, d’enquêtes téléphoniques. Lors de ces perquisitions, une comptabilité complète et méticuleusement tenue a été découverte, en plus de 583 350 euros, 770 kg de cocaïne et cinq armes de poing avec des munitions.

La police a pu en déduire l’importance du chiffre d’affaires du gang, qui a travaillé en trois périodes. De mi-juillet 2019 à septembre 2019, il y avait ainsi un laboratoire actif à Bierbeek, puis d’octobre 2019 à décembre 2019 à Bruxelles et, enfin, de février à mars 2020 à Zaventem.

À chaque fois, le chef de la bande, Bujar C., a loué un immeuble avec sa petite amie Ilva A. sous un faux nom, payant immédiatement le loyer pour un an.

Le tribunal a ordonné l’arrestation immédiate de Bujar C., condamné à neuf ans et d’un autre prévenu qui a fait défaut. 

Sur le même sujet