Le parquet fédéral enquête sur 10 personnes de Belgique suspectées de crimes de guerre en Syrie

Le parquet fédéral va mener une enquête sur au moins 10 personnes qui auraient pu perpétrer des crimes de guerre sous le régime du président syrien Bashar al-Assad, rapporte De Morgen lundi.

Le parquet fédéral enquête sur 10 personnes de Belgique suspectées de crimes de guerre en Syrie
© Shutterstock
Belga

Toutefois, la justice manque d'enquêteurs. Toutes les parties se sont rendues coupables de crimes de guerre au cours des 10 ans de conflit en Syrie. Le parquet fédéral a confirmé au Morgen que 10 à 15 affaires sont toutefois ouverts contre des personnes qui résident en Belgique et qui sont suspectées de crimes de guerre sous le régime syrien. Celles-ci ont été introduites suite à des informations dans les médias ou obtenues par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRS), qui mène des entretiens avec des migrants syriens.

Il s'agit d'enquêtes préliminaires pour lesquelles le parquet récolte un maximum d'informations à ce stade. Après vérifications, une affaire relève désormais d'une enquête judiciaire: un juge d'instruction a été nommé cette année dans une affaire visant Hossin A.

Cependant, il y a une pénurie d'enquêteurs pour les investigations sur des violations du droit international, pour lesquelles la police judiciaire fédérale de Bruxelles est spécialisée. "Pour les nouveaux dossiers néerlandophones par exemple, il n'y a plus d'enquêteur, personne", affirme Wenke Roggen de la section Droit humanitaire international et qui recommande des investissements conséquents dans la capacité.

La police fédérale confirme la pénurie de personnel, mais un renforcement est en vue. "Une procédure de recrutement est en cours pour engager trois personnes", assure la porte-parole de la police An Berger.