Le projet de Code pénal sexuel veut sortir la prostitution de la zone grise : le débat au Parlement promet d'être chaud

La réforme des incriminations du Code pénal en matière sexuelle préparée par le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), se retrouve ce mardi en commission de la Justice de la Chambre.

Bruxelles - Schaerbeek: Rue de Linné - Une prostituée est retrouvée morte après avoir reçu 17 coups de couteau - Les prostituées de la rue de Linné lancent un mouvement de grève en solidarité
©JC Guillaume

La réforme des incriminations du Code pénal en matière sexuelle préparée par le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), se retrouve ce mardi en commission de la Justice de la Chambre. Le débat promet d'être chaud. Un avant-projet de loi "modifiant le Code pénal en ce qui concerne le droit pénal sexuel" avait circulé en juin, provoquant une levée de boucliers de certaines associations de femmes, mais aussi de magistrats et de policiers. Parce que cette réforme qui vise notamment à faire sortir la prostitution de la zone grise où évoluent les travailleurs du sexe en leur donnant un vrai statut comporte de dangereux travers : elle faciliterait la tâche aux proxénètes et aux réseaux. Entre-temps, le Conseil d'État a rendu son avis et, en juillet, le Conseil des ministres a amendé le texte, principalement sur le volet prostitution.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...