Potentiellement mort, le dirigeant de Sharia4Belgium Hicham Chaib accusé d'assassinat terroriste en Syrie

Le procès d'Hicham Chaib, 39 ans, s'ouvrira jeudi après-midi devant la cour d'assises d'Anvers.

Potentiellement mort, le dirigeant de Sharia4Belgium Hicham Chaib accusé d'assassinat terroriste en Syrie
©Belga

L'ancien dirigeant du groupe islamiste Sharia4Belgium est accusé d'assassinat terroriste en Syrie. Le box restera cependant vide, puisque l'homme est introuvable - voire mort - depuis plusieurs années. Le 27 mars 2016, une vidéo de l'Etat islamique était apparue pour célébrer les attentats de Paris et de Bruxelles. Hicham Chaib y prenait la parole dans une rue bondée de Raqqa, en Syrie. "Malgré vos bombardements, les musulmans vivent ici heureux. Vous vivez dans la peur, nous dans la fierté", assénait-il, tout en menaçant la population belge de représailles en cas d'attaque contre l'islam.

A la fin du document, l'accusé apparaît dans un endroit sombre, un pistolet à la main. Devant lui se trouve un détenu dans une tenue orange, qu'Hicham Chaib abat de deux balles dans la tête et le dos. Des expertises ont établi l'authenticité de l'exécution, mais l'enquête n'a pas permis d'identifier la victime.

L'homme était le bras droit de Fouad Belkacem, avec lequel il dirigeait le groupe terroriste Sharia4Belgium. Condamné par défaut en 2015 lors du grand procès de l'organisation, son arrestation immédiate avait été ordonnée. Il se trouvait alors depuis deux ans déjà en Syrie, dans les rangs de l'EI.

Recherché internationalement, Hicham Chaib a été plusieurs fois déclaré mort, mais aucune preuve de décès n'a jamais pu être apportée.

Ce nouveau procès aurait dû s'ouvrir en septembre, mais une erreur légale au niveau de la citation avait contraint le président de la cour à renvoyer les candidats jurés en dernière minute. Ces derniers sont désormais attendus jeudi après-midi.

Trois jours ont été prévus pour les débats: mardi 26, mercredi 27 et jeudi 28 octobre. La cour d'assises sera présidée par le juge Jos Decoker. Le magistrat fédéral Antoon Schotsaert représentera le ministère public.