25 ans plus tard, Jean-Denis Lejeune revient sur l'affaire Dutroux: "Il y a eu énormément d’incompétence des services policiers et de la magistrature"

"Nous avons été traités comme une bête affaire de vol", déplore Jean-Denis Lejeune, le père de Julie.

E.L

Il y a 25 ans se tenait une "Marche Blanche" à Bruxelles en hommage aux jeunes filles enlevées par Marc Dutroux. Cette manifestation, qui avait rassemblé 300.000 personnes dans les rues de la capitale, avait été organisée par les parents des victimes, parmi lesquels Jean-Denis Lejeune, le papa de la jeune Julie.

Ce dernier est revenu sur les circonstances du drame sur le plateau de la RTBF, ce mercredi soir. Il a notamment fait part du sentiment d'incompréhension qu'il a ressenti à l'époque: "Ce qui se passait n'était ni normal, ni logique. Mais nous avions beau le crier à l'époque, personne ne voulait l'entendre", a-t-il déploré.

Le père de la victime n'a pas mâché ses mots envers les forces de l'ordre et la justice: "Il y a eu énormément d'incompétence des services policiers et de la magistrature. Nous n'étions qu'un numéro de dossier. Nous étions traités comme une bête affaire de vol. Deux petites filles ne s'évaporent pas comme ça dans la nature à 8 ans. Ce n'est pas logique."

Jean-Denis Lejeune a toutefois souligné les nombreuses marques de sympathie qui lui ont été adressées ainsi qu'à son épouse, et qui continuent encore aujourd'hui d'affluer: "Je reçois encore des messages de soutien 25 ans après. Ça fait plaisir.C'est quelque part la reconnaissance d'un long combat, d'un acharnement."

Sur le même sujet