Faits graves lors de baptêmes à la MAF: début du procès en correctionnelle

Neuf personnes comparaîtront ce lundi devant le tribunal correctionnel de Nivelles pour des faits graves commis lors de bleusailles et de baptêmes estudiantins à la MAF (Maison des Athlètes francophones) entre 2017 et 2018.

La rédaction (avec Charlotte Egli et Vincent Fifi)

Les personnes concernées devront répondre de traitements dégradants, avec circonstances aggravantes liées à la vulnérabilité de certaines victimes, de traitements inhumains, de coups et blessures volontaires et involontaires, d’attentats à la pudeur et pour non-assistance à personne en danger. Mais aussi d'un fait de viol.

À l’automne 2018, la fermeture par l’UCLouvain du cercle étudiant la MAF avait fait grand bruit. Une plainte avait été déposée à propos du comportement envers les "bleus", de membres du comité de baptême de ce cercle réunissant les étudiants en éducation physique et kinésithérapie. Suite à cette affaire, les autorités de l’université avaient décidé en novembre 2018 de fermer le cercle durant au moins un quadrimestre, afin de mener une enquête interne. Dans la foulée, la Faculté des sciences de la motricité (FSM) a décidé de ne plus reconnaître le cercle comme association estudiantine facultaire jusqu’en septembre 2021. Depuis lors, le cercle est toujours fermé.

Des pratiques extrêmes

Les prévenus sont, entre autres, accusés d'avoir provoqué des brûlures dans la bouche d'étudiants bizutés, en les obligeant à manger certaines choses. En ce qui concerne les traitements qualifiés de "dégradants", plusieurs faits sont visés comme le fait d'avoir obligé un bleu à se mettre à genoux avec un cône de circulation dans la bouche pour que les comitards vomissent à l'intérieur, avoir uriné sur les "bleus", avoir fait avaler à une jeune fille des aliments préalablement mâchés par d'autres, avoir placé des asticots dans les sous-vêtements de deux jeunes filles, avoir obligé une autre victime à gargariser du vomi avant de l'avaler, avoir ordonné à des bleus de vomir dans leurs chaussures puis de réintégrer ce vomi… Quant aux coups et blessures, on parle principalement de gifles avec du fumier ou de la mayonnaise. Un "jeu d'ordre sexuel" a quant à lui été requalifié en viol.

La première audience, prévue ce 15 novembre, donnera lieu à l'interrogatoire des prévenus par la présidente et on y entendra les parties civiles ainsi que les réquisitions du ministère public. Puis le 6 décembre, ce sont les avocats des prévenus qui plaideront pour défendre les intérêts de leurs clients.


Sur le même sujet