Assises de Bruxelles: une peine de 25 ans de prison requise à l'encontre de Sami Akhbriche pour le meurtre d'Oussama Ben Alla à Ixelles

L'avocate générale a requis une peine de 25 ans de prison, jeudi matin, devant la cour d'assises de Bruxelles, à l'encontre de Sami Akhbriche.

Assises de Bruxelles: une peine de 25 ans de prison requise à l'encontre de Sami Akhbriche pour le meurtre d'Oussama Ben Alla à Ixelles
©Belga
Belga

Cet homme de 26 ans a été reconnu coupable par le jury, mercredi soir, du meurtre d'Oussama Ben Alla, commis le 27 mai 2015 à Ixelles. La défense a ensuite plaidé une peine de prison qui soit comprise entre 10 et 15 ans. Le jury et les juges de la cour sont entrés en délibération sur la peine. Sami Akhbriche a été reconnu coupable d'avoir tué Oussama Ben Alla d'une balle dans la tête, le 27 mai 2015 au soir, dans la cave de la maison de ses parents, à Ixelles, et de s'être ensuite débarrassé du corps en le jetant dans le canal.

Le 29 mai 2015, la famille d'Oussama Ben Alla a signalé la disparition de celui-ci à la police. Il n'avait plus donné signe de vie depuis qu'il avait dit se rendre chez Sami Akhbriche, le 27 mai en soirée, à Ixelles, à quelques mètres de chez lui. Le corps du disparu avait été retrouvé une dizaine de jours plus tard, le 12 juin, par un éclusier, dans le canal de Bruxelles à Leeuw-Saint-Pierre (Brabant flamand).

L'enquête a suivi plusieurs pistes, qui se sont petit à petit refermées, avant de privilégier celle d'un règlement de comptes dans le milieu du trafic de stupéfiants à Ixelles. La police a pu apprendre qu'Oussama Ben Alla et Sami Akhbriche étaient en conflit au sujet d'un trafic de cannabis.

Cinq ans plus tard, en mars 2020, un proche des Akhbriche a déclaré aux enquêteurs que Sami avait tué Oussama d'une balle dans la tête, au domicile familial, rue de la Tulipe à Ixelles, le soir du 27 mai 2015. La mère, les deux sœurs et le frère de Sami étaient présents, selon le témoin. La mère a ensuite aidé son fils à transporter le corps dans la voiture du père, qui était au travail à ce moment-là, et à aller le jeter dans le canal, a-t-il dit aux policiers.

Quelques jours plus tard, Sami Akhbriche a avoué le crime. Mais il s'est rétracté ensuite. Les membres de sa famille ont également tous donné la même version des faits, concordante avec le récit du témoin-clé, avant de se rétracter à leur tour.

Sami Akhbriche a été inculpé de meurtre. Quant à ses proches, ils n'ont pas été poursuivis. En vertu du principe de droit appelé cause d'excuse absolutoire, certaines infractions, comme le recel de cadavre, ne peuvent être imputées à des membres de la famille de l'auteur présumé du crime.