Disparition de Théo Hayez: le parquet fédéral belge entame des démarches pour aider les enquêteurs australiens

Une première audience s'est tenue lundi matin, au tribunal de Byron Bay en Australie, dans le cadre de l'enquête sur la disparition d'un jeune Belge de 18 ans, Théo Hayez, dans cette région, en mai 2019.

Belga

Kirsten Edwards, l'avocate assistant du coroner de Nouvelles-Galles du Sud, Teresa O'Sullivan, a déploré que la police belge n'était pas habilitée à partager avec les enquêteurs australiens certaines données de géolocalisation de la victime. Lundi en fin de matinée, le parquet fédéral belge a réagi, affirmant que des démarches vont être exécutées immédiatement. Kirsten Edwards a dit vivement regretter que, bien que la police belge soit en mesure d'exploiter certaines données de géolocalisation (via "geofencing"), elle n'était pas habilitée à en partager les résultats avec l'enquête du coroner, dans le cadre d'une affaire de disparition, pour des raisons légales internationales (traité d'assistance légale mutuelle - MLAT).

Le parquet fédéral belge a rapidement réagi, affirmant "qu'il n'y a aucune information qui ne puisse être rapidement communiquée aux enquêteurs australiens, sur base d'une demande officielle".

Le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse, a ajouté que "des démarches pro-actives sont exécutées par le parquet fédéral ce jour, afin d'aider les enquêteurs australiens à dénouer un éventuel problème" dont le parquet n'était pas au courant.


Sur le même sujet