"Time-out", les nouvelles cellules de la méga-prison de Haren qui inquiètent

Quelques inquiétudes après une visite sur le chantier de la prison de Haren

"Time-out", les nouvelles cellules de la méga-prison de Haren qui inquiètent
©Ennio Cameriere
BELGA

Le Conseil Central de Surveillance pénitentiaire (CCSP) a bouclé son rapport après une visite sur le chantier, déjà très avancé, de la future prison de Haren, à l'extrémité nord de la Région bruxelloise. Il y pointe déjà quelques éléments inquiétants, dont l'apparition d'un nouveau type de cellule dont l'usage n'a pas de cadre légal spécifique. Le CCSP est un organe indépendant censé contrôler les prisons et la manière dont les détenus y sont traités. Le projet de "méga-prison" de Haren (1.218 détenus à terme) étant central dans la future gestion pénitentiaire du pays, trois membres du Bureau du CCSP se sont rendus sur le chantier le 23 novembre dernier, avec des présidents et responsables de coordination des Commissions de surveillance des prisons.

"Time-out", les nouvelles cellules de la méga-prison de Haren qui inquiètent
©Ennio Cameriere

La visite a soulevé plusieurs questions, qui ont poussé le CCSP à émettre des recommandations qu'il est encore temps de prendre en compte pour la suite du chantier, ressort-il de son rapport. Les responsables du CCSP ont été inquiétés par des cellules baptisées "cellules time-out", une par unité de vie de la maison d'arrêt qu'ils ont visitée. L'espace est spartiate, et "ressemble furieusement" à une cellule de punition. Mais si l'usage de cellules de punition est encadré, il n'y a pas de tel cadre légal existant pour ce nouveau type de cellule, qui selon le directeur des Prisons de Bruxelles Jurgen Van Poecke est inspiré de pratiques issues de centres pour mineurs délinquants.

"Sur quelle base un détenu sera-t-il placé en cellule 'time-out', avec quels critères, et quelle possibilité de recours? Nous n'avons pas eu d'explication", indique jeudi après-midi le président du CCSP, Marc Nève. Le CCSP recommande donc dans son rapport "une remise en question complète du projet" de ces "cellules time-out".

"Time-out", les nouvelles cellules de la méga-prison de Haren qui inquiètent
©Ennio Cameriere

Toujours dans cette maison d'arrêt, bâtiment qui apparaissait comme le plus avancé du site, des cellules de punition ont été observées, équipées d'une forme de lit (une surface plane) dotée de points d'attache. "On peut dans certains cas être amené à exercer une certaine forme de contention sur un détenu, mais cela se fait sous contrôle médical et pas dans une maison d'arrêt", réagit Marc Nève. Les cellules visitées se trouvaient en effet dans un bâtiment destiné aux personnes en détention préventive, en attente de leur procès. Le CCSP recommande de revoir l'aménagement des cellules de punition et/ou de sécurité observées, avec "un lit digne de ce nom" et une cour attenante suffisamment grande avec une réelle ouverture vers le ciel.

Le rapport du CCSP a été transmis jeudi au ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, et sera sans doute discuté à la Chambre. Des responsables du CCSP seront en effet auditionnés par les députés dans le courant du mois de janvier, et certains parlementaires ont émis le souhait d'aller eux-mêmes sur place, indique jeudi Marc Nève.

"Time-out", les nouvelles cellules de la méga-prison de Haren qui inquiètent
©Ennio Cameriere

Sur le même sujet