Mort de Dean : S'il est extradé, Dave De Kock sera remis à la Belgique fin février

Le principal suspect dans l'enquête sur la mort de Dean Verberckmoes, 4 ans, pourrait être remis fin février à la Belgique par la justice néerlandaise, a indiqué jeudi le parquet et le tribunal d'Amsterdam.

Belga
Mort de Dean : S'il est extradé, Dave De Kock sera remis à la Belgique fin février
©D.R

Dave De Kock doit comparaître le 8 février devant la chambre internationale d'assistance juridique du tribunal d'Amsterdam, qui statuera sur son extradition vers la Belgique. Le tribunal doit ensuite rendre sa décision deux semaines plus tard. Si l'extradition est prononcée, elle doit être exécutée dans les 10 jours ouvrables, ce qui mènerait l'homme de 34 ans, actuellement emprisonné aux Pays-Bas, devant le juge d'instruction de Termonde vers la fin février.

Le trentenaire est soupçonné d'être impliqué dans la séquestration et la mort du garçon de 4 ans. Le juge d'instruction de Termonde a demandé sa remise dans le cadre d'une enquête pour enlèvement et assassinat.

Le corps de Dean Verberckmoes a été retrouvé aux Pays-Bas, près de Neeltje Jans, en Zélande, tandis que Dave De Kock a été arrêté à Meerkerk, dans la province d'Utrecht. L'enfant a été enlevé en Belgique, mais l'enquête n'a pas encore déterminé le lieu exact de sa mort. Elle montre que Dave De Kock a franchi la frontière néerlandaise vers minuit dans la nuit du vendredi 14 au samedi 15 janvier.

L'homme s'oppose à sa remise à la Belgique, estimant que le volet néerlandais de l'enquête n'a pas encore pu éclairer toutes les zones d'ombre. Face à cette opposition, la chambre internationale d'assistance juridique du tribunal d'Amsterdam a été saisie du dossier et devra trancher. La décision de cette chambre ne peut faire l'objet d'un appel.

La justice belge espère une extradition rapide afin de pouvoir confronter Dave De Kock et sa compagne R. W., qui ont livré des déclarations contradictoires sur les faits. Les enquêteurs espèrent ainsi déterminer leur rôle respectif dans la mort de l'enfant.

La victime avait séjourné chez le couple. Il y aurait précisément logé la nuit du 12 janvier, soit le jour où Dave De Kock et Dean ont été vus la dernière fois ensemble. Interpellée dans la nuit du lundi 17 au mardi 18 janvier au domicile qu'elle partageait avec le suspect à Saint-Gilles-Waes (Flandre orientale), la jeune femme a été placée sous mandat d'arrêt des chefs d'enlèvement et d'assassinat. On ignore cependant si elle a joué un rôle actif dans la mort de l'enfant. Elle n'a pas fait appel de la prolongation de sa détention.

En attendant, vendredi/demain, la chambre du conseil d'Amsterdam décidera du maintien ou non en détention de Dave De Kock.

Sur le même sujet