Le garçon de 12 ans qui a poignardé un agent à Peer placé en institution semi-ouverte: "Il a paniqué", selon son avocate

Le jeune a été placé dans une institution de protection de la jeunesse semi-ouverte pour trois mois.

Les images obtenues par VTM, filmées à la va-vite sur un téléphone par un témoin, sont impressionnantes. On y voit un garçon âgé d’à peine 12 ans donner deux coups de couteau dans le dos d’un agent de police à Peer.

Le juge de la jeunesse a pris une mesure à l’encontre de cet enfant : un placement dans l’institution semi-ouverte de Mol, pour une période de vraisemblablement trois mois.

Les faits datent de jeudi 27 janvier. Ils ont eu pour cadre la sortie des écoles à Peer (Limbourg) dans la Collegelaan, devant le collège Agneten, où un agent de police réglait la circulation.

Vers 15 h 30, ce policier âgé de 41 ans a fait une remarque à une mère qui venait en voiture rechercher ses deux garçons, âgés de 12 ans et 17 ans. Il semble qu’il lui demandait d’avancer car elle provoquait une file. Il lui aurait demandé ses papiers.

L’aîné des deux fils n’aurait pas accepté l’intervention du policier. La mère a voulu intervenir. Le plus jeune des fils est alors venu par l’arrière. Il a porté deux violents coups de couteau au policier qui a été atteint au dos. Sur les images, on voit le garçon s’enfuir à toutes jambes. Il a été rapidement intercepté. Avec sa mère et son frère, ils ont été présentés au parquet.

Le policier a été hospitalisé. Il souffre d’un collapsus pulmonaire mais ses jours ne sont pas en danger. Il a subi une opération chirurgicale dans la soirée de jeudi. Il a pu quitter les soins intensifs vendredi matin.

Le garçon de 12 ans a été entendu vendredi. L’enquête devra déterminer comment il est entré en possession de ce couteau.

"Il est choqué. C'est un concours de circonstances. Le garçon ne comprend pas comment il a pu se retrouver dans cette situation. Il dit qu'il a été pris de panique et qu'il a utilisé l'arme qu'il avait reçue le jour même", a expliqué l'avocate du garçon Me Eylem Turan.

Une tentative de meurtre

Le juge de la jeunesse a entendu les deux garçons vendredi matin. Vu leur jeune âge, ils ne peuvent être entendus de nuit. Le juge a retenu la rébellion en bande pour l’aîné.

Pour le cadet, le juge a retenu la qualification de tentative de meurtre. Il a décidé d’un placement du garçon de 12 ans dans l’institution semi-ouverte pour mineurs de Mol pour une période de trois mois.

Dans un premier temps, il ne quittera pas l’institution. Dans un second temps, il pourra reprendre les cours à l’école, mais devra rentrer après les heures de classe dans le centre semi-ouvert.

"Nous nous préoccupons d'abord et avant tout de l'agent concerné et de tous les autres collègues. La violence contre les agents de police est totalement inacceptable. Ici, cela est arrivé à un inspecteur de quartier qui est censé faire le lien entre les citoyens et la police. Cette violence est inacceptable, surtout dans un environnement scolaire", s'est exprimée, stupéfait, le bourgmestre de Peer, Steven Matheï (CD&V).

Le collège Agneten a mis en place une équipe pour entamer une discussion avec les élèves qui auraient besoin d’aborder les faits.

Au niveau de la police également, un débriefing des faits a été organisé. Une équipe psychologique de la police fédérale a été dépêchée sur les lieux.