Affaire Dia : simples coups et blessures ou homicide ?

La présidente du tribunal envisage de requalifier les faits.

Affaire Dia : simples coups et blessures ou homicide ?
©BELGA
Belga

Le tribunal correctionnel de Hasselt se penchait, ce vendredi, sur le baptême fatal à Sanda Dia, cet étudiant de la KULeuven mort lors de son baptême estudiantin, en décembre 2018.

Sanda avait dû rester plusieurs heures dans un trou rempli de glace et boire de l’huile de poisson en grande quantité. Le jeune homme de 20 ans avait perdu connaissance. Il était décédé à l’hôpital, deux jours plus tard.

Dix-huit membres du cercle étudiant Reuzegom comparaissent dans cette affaire. Ils risquent jusqu’à 15 ans de prison pour homicide involontaire.

Durant cette audience, certains membres du cercle Reuzegom (qui n'existe plus depuis) ont été entendus. "C'était plus grave que ce que nous pensions, mais personne ne s'en rendait compte", a affirmé un étudiant qui avait convaincu, à l'époque, le reste du groupe d'emmener Sanda aux urgences. Un autre jeune - qui était président du cercle au moment des faits - estime que les risques ont été mal évalués durant le baptême. "Parce que le baptême était sacré."

"Vous avez un week-end"

Après ces auditions, la présidente du tribunal correctionnel de Hasselt a dit envisager de requalifier les faits en "coups et blessures involontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", remplaçant la prévention d'homicide involontaire. Elle a évoqué "la volonté de faire souffrir les 'bleus' en leur jetant des seaux d'eau glacée, en les faisant nager dans un puits par des températures hivernales […] et en les faisant ingérer des préparations salées nauséabondes pour les faire vomir". La requalification abaisserait le seuil de condamnation d'un prévenu dans cette affaire. On ne sait pas encore ce qu'en pensent les parties au procès. "Vous avez un week-end", a lancé la présidente. (D'après Belga)

Sur le même sujet