Une "banalisation du mal" chez "les seconds couteaux" des attentats de Paris

Il y a, aux yeux de la procureure fédérale Véronique Mélot, une "banalisation du mal" dans ce dossier des seconds couteaux, actuellement jugés en correctionnelle à Bruxelles pour leur participation dans le groupe terroriste qui a commis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris.

Une "banalisation du mal" chez "les seconds couteaux" des attentats de Paris
©BELGA
Brahim Abdeslam, qui a participé aux attentats de Paris, était, avant les attentats, le patron du café les Béguines. S’y retrouvaient notamment des...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet