Volet belge des attentats à Paris: le jugement sera prononcé le 30 juin prochain

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a clos les débats, vendredi vers 14h25, dans le dossier "Paris bis".

Volet belge des attentats à Paris: le jugement sera prononcé le 30 juin prochain
©BELGA

Il a annoncé que son jugement sera prononcé le 30 juin prochain à 08h45. Quatorze personnes sont prévenues dans ce dossier pour avoir fourni une aide, parfois minime, aux auteurs présumés des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Plusieurs prévenus ont pris la parole avant que le tribunal ne clôture les débats, essentiellement pour affirmer qu'ils n'ont été au courant de rien concernant la préparation d'attentats et pour étayer les conséquences que l'accusation portée sur eux a provoqué.

"Je suis désolé pour toute cette histoire, mais j'ai tué personne. Pour ce qu'on me reproche, je suis désolé, j'ai réagi comme un abruti", a déclaré Abid Aberkane, qui avait caché Salah Abdeslam. "Moi-même j'ai été endoctriné dans ce truc-là, en regardant ces vidéos [de propagande de l'État Islamique]", a-t-il dit.

Youssef El Ajmi et Zakaria Jaffal ont, eux, insisté sur leur demande d'acquittement, soutenant avec force qu'ils n'ont été impliqués en rien dans les attentats du 13 novembre. "Je ne veux pas accepter une condamnation pour une chose pour laquelle j'ai toujours dit que j'avais rien à voir. J'ai tout perdu dans cette histoire. J'ai perdu mon emploi. J'avais un CDI. Mon nom a été sali. Je suis victime. Moi, j'ai rien à voir avec tout ça", a déclaré El Ajmi.

"J'attends ce jour depuis longtemps", a ensuite confié Zakaria Jaffal. "Ces gens [les kamikazes et auteurs présumés des attentats] c'est pas des gens que je suis allé chercher. Je les ai côtoyés à l'école, au parc... On a joué au ping-pong ensemble... J'ai fait de la prison pour rien, j'ai eu des conditions pendant des années... Le plus important maintenant c'est mon nom, le nom de mes parents. Il doit être lavé".