Dino Scala, le "violeur de la Sambre", condamné à 20 ans

Il avait sévi pendant 30 ans des deux côtés de la frontière franco-belge.

Dino Scala, le "violeur de la Sambre", condamné à 20 ans
©AFP

Vingt ans, avec sûreté des deux tiers : Dino Scala, 61 ans, a été condamné par les assises du Nord (Douai) à la peine maximale encourue pour viols et agressions sexuelles commis pendant 30 ans.

L’accusé est reconnu coupable de 54 des 56 faits pour lesquels il était jugé : 17 viols, 12 tentatives de viol et 27 agressions ou tentatives d’agression sexuelle, commis entre 1988 et 2018 près de son domicile, autour de la Sambre, en France, mais aussi en Belgique. Il en avait reconnu 40.

Huit des faits avaient été commis à Erquelinnes - entre 2004 et 2009 pour les sept premières. C’est la huitième agression sexuelle commise le 5 février 2018 près de la gare de cette commune de Thudinie qui causera sa perte, grâce aux caméras de surveillance qui permettront d’identifier le véhicule du violeur.

"Je vais présenter mes excuses aux victimes, M. le président", avait-il déclaré lors de ses derniers mots.

Derrière l'image de l'ouvrier inséré, marié, père de famille, entraîneur d'un club de football, l'avocat général a pointé "l'extrême dangerosité" de l'accusé, discernant dans son parcours "l'impensable banalité du mal".

Les trois semaines de procès n'ont pas permis de lever le mystère autour de sa personnalité, caractérisée selon un expert psychiatre par "l'abîme qui sépare la face sociale et la face cachée".

Très disert pour évoquer ses propres frustrations, Dino Scala n’a fourni que des bribes d’explications sur ses passages à l’acte.

Il agissait à visage découvert, agrippant ses proies par l’arrière au niveau du cou ou par les cheveux. Il les étranglait, soit avec l’avant-bras, soit avec une cordelette. Il serrait ainsi jusqu’à l’évanouissement. Régulièrement, il les menaçait d’un couteau placé sous la gorge, proférant parfois des menaces et bandant les yeux de ses victimes. Il les entraînait dans un lieu isolé, comme des buissons.J. La.