Urgent : on recherche 1.200 agents de surveillance pour les prisons

L’administration pénitentiaire va lancer une campagne de recrutement accéléré pour contrer la pénurie.

Urgent : on recherche 1.200 agents de surveillance pour les prisons
©BELGA

Il manque de bras dans les établissements pénitentiaires du pays. L’administration pénitentiaire va lancer une campagne de recrutement accéléré pour faire face à la pénurie de personnel. Les candidats aux 1 200 postes vacants pourront déjà entrer en fonction cet été, annonce le ministre de la Justice, Vincent van Quickenborne (Open VLD).

Des procédures légales existent pour postuler à un emploi au sein des autorités fédérales. Les candidats doivent, entre autres, passer un test, se présenter à un entretien et subir des examens médicaux. Le marché du travail étant de plus en plus tendu, l’administration pénitentiaire constate que de nombreux candidats adéquats abandonnent en cours de procédure parce qu’on leur a déjà proposé un emploi dans le secteur privé.

En 2021, pas moins de 5 000 personnes avaient postulé pour le test d’assistant de surveillance pénitentiaire ; plus de la moitié ne s’est finalement pas présentée.

Le gouvernement a donc préparé un arrêté royal qui prévoit une procédure accélérée pour certaines fonctions critiques au sein des autorités fédérales, notamment dans les services où le manque de personnel a un impact humain important (administration pénitentiaire, praticien de l’art infirmier, assistant social et psychologue, opérateurs téléphoniques du Centre national de crise, collaborateurs des centres d’asile…). Les directeurs de prison pourront recruter eux-mêmes localement.

"Pour les nouvelles prisons de Haren et de Termonde, les maisons de détention et pour faire face à l'actuel manque de personnel, l'administration pénitentiaire recherche en tout près de 1 200 assistants de surveillance pénitentiaire", précise le ministre.

Afin de promouvoir les jobs au sein des établissements pénitentiaires, la Justice lance une campagne de promotion en ligne sur le site www.travailleralajustice.be.