Maurice Krings: "La justice est si lente à Bruxelles que l'on risque un retour de vendettas"

Le manque de moyens de la justice est un problème persistant, surtout à Bruxelles. Maurice Krings, à la tête des avocats francophones de la capitale, est inquiet. Le bâtonnier est lassé. Mais il propose des solutions. Et intime au politique d'agir.

Maurice Krings: "La justice est si lente à Bruxelles que l'on risque un retour de vendettas"
©Marie Russillo
Maurice Krings est fatigué. Le bâtonnier de l'ordre français du barreau de Bruxelles - le plus grand du pays - termine son mandat dans quelques semaines, et il est inquiet. La cause ? L'agonie de la justice, singulièrement...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité