Des milliers de dossiers pénaux scannés cet été par des étudiants jobistes

Des milliers de dossiers pénaux sont scannés, cet été, par 134 étudiants jobistes engagés pour l'occasion, s'est félicité, mercredi, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne à l'occasion d'une visite au greffe du tribunal de Courtrai.

Belga
Des milliers de dossiers pénaux scannés cet été par des étudiants jobistes
©Shutterstock

Jusqu'il y a peu, la consultation de ces dossiers n'était possible que dans les greffes des tribunaux, un environnement peu convivial pour les victimes. Une copie pouvait également être demandée contre paiement. Le ministre souhaitait mettre fin à ce service "médiocre".

C'est dans ce contexte qu'a été lancée, à la fin du mois de juin, l'application JustConsult (www.justonweb.be) qui permet aux victimes de consulter gratuitement leur dossier en ligne dans leur environnement familier, à leur propre rythme. Les dossiers sont disponibles dès que l'enquête est terminée et que le dossier peut être transmis au tribunal.

Au cours de cette première phase, ce sont les dossiers de violence sexuelle, de violence intrafamiliale, de meurtre et d'homicide involontaire qui, en raison de la gravité des faits et de l'impact émotionnel sur les victimes et les parents proches, ont été ouverts à la consultation.

Lors du lancement de l'application, environ 25% de ces dossiers avaient déjà été scannés et étaient donc disponibles sous forme numérique, soit environ 1.100 dossiers. Depuis, 134 étudiants ont été engagés jusqu'à la fin du mois de septembre dans les différents tribunaux du pays afin de poursuivre le travail. Chaque étudiant scanne environ 1.000 pages par jour. Ces fichiers sont ensuite méticuleusement enregistrés et sauvegardés dans une base de données centrale.

Après ce premier rattrapage, le travail de numérisation sera effectué par le personnel des greffes, plusieurs milliers de dossiers restant à numériser pour que toutes les autres catégories de dossiers pénaux soient également disponibles sous forme numérique.

"Les victimes doivent pouvoir consulter leur dossier en toute tranquillité. Pour bon nombre d'entre elles, il s'agit d'un événement émotionnellement lourd et potentiellement traumatisant. La Justice reconnaît que l'on peut et que l'on doit faire beaucoup mieux. JustConsult offre cette solution", a commenté Vincent Van Quickenborne.