Le procès des attentats de Bruxelles ne débutera pas en octobre

Il faudra encore un peu patienter avant qu’on n’arrête une date. Ce sera peut-être en novembre mais en tout cas avant la fin de l’année.

Le courriel, envoyé sur le coup de midi aux différentes parties du procès des attentats de Bruxelles, est court. La présidente de la cour d’assises y fait part du report des dates de composition du jury (initialement fixée le 10 octobre) et des audiences du fond (fixée 13 octobre).

Une telle décision devait être prise ce vendredi pour des questions de procédure : il est impératif que les parties soient citées par huissier 15 jours avant la date de constitution du jury, donc avant ce dimanche.

Ce report est justifié par la réponse du SPF Justice, qui doit démonter les box individuels entièrement fermés par des vitres blindées et installer un box collectif semi-ouvert. Le SPF Justice a fait savoir qu’il ne pouvait garantir la fin des travaux, partiels pour le 10 octobre et complets pour le 7 novembre comme demandé par la présidente.

Aucune nouvelle date n'est encore fixée pour ce procès dont la durée a été estimée à six ou sept mois par la présidente. "Il faut laisser le temps au SPF de vérifier ce qui est possible avec ses fournisseurs", indique Anne Leclercq, une des porte-parole de la cour d'assises. "Il s'agit d'éviter que l'on ne fixe une nouvelle date de départ que l'on devra reporter ensuite", précise Luc Hennart, qui est aussi porte-parole.

Il est établi que les débats ne débuteront pas avant le 7 novembre. Mais, souligne les deux porte-parole, ce ne sera "pas nécessairement une date très éloignée". M. Hennart l'assure : ce sera avant la fin de l'année. La cour d'assises table sur une estimation du SPF Justice dès la semaine prochaine.

Et, sans la moindre hésitation, Mme Leclercq balaye les rumeurs qui font état d’un procès reporté à la prochaine année judiciaire : “Ce n’est vraiment pas à l’ordre du jour”.