Perquisition mortelle à Anvers: les principaux suspects figuraient sur la liste des terroristes de l'Ocam

Les principaux suspects dans l'enquête sur les préparatifs d'une attaque terroriste et les infractions à la législation sur les armes dans le milieu de l'extrême droite figuraient sur la liste des terroristes de l'Ocam, a déclaré mercredi soir le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), interrogé au cours de l'émission "Terzake" sur Canvas (VRT).

Perquisition mortelle à Anvers: les principaux suspects figuraient sur la liste des terroristes de l'Ocam
©BELGA

La Sûreté de l'État et l'Ocam sont depuis longtemps convaincus que l'extrémisme de droite est en progression dans notre pays. Le fait qu'il y a plus de 60 extrémistes de droite sur la liste des terroristes en constitue l'illustration. Cela signifie qu'ils sont considérés comme des extrémistes potentiellement violents.

"Ces personnes ont été suivies pendant des mois en toute discrétion", a affirmé M. Van Quickenborne. "Il ne s'agit pas d'un coup de chance."

Des perquisitions ont eu lieu en plusieurs endroits mercredi. À Merksem, une personne a été tuée dans l'opération.

"D'après les informations dont je dispose, la police a été la cible de tirs à deux reprises. C'est pourquoi des coups de feu ont été tirés en réplique", a déclaré le ministre.

Le Comité P(olice) est également impliqué dans l'enquête sur cette affaire. "C'est la procédure normale dans l'intérêt de tous, et notamment des policiers en question", a-t-il ajouté.

Selon le parquet fédéral, plus de 100 armes ont également été trouvées à Merksem, en plus d'une très grande quantité de munitions, ainsi que des gilets tactiques, des lunettes de vision nocturne et des lunettes de vision thermique.

"En principe, une personne figurant sur la liste des terroristes ne peut pas avoir de permis de port d'arme. Il est possible de déroger à ce principe dans le cadre de l'enquête pour ne pas alarmer le suspect et donc ne pas faire échouer l'enquête", a expliqué M. Van Quickenborne.