L'ex-policier Francis Vandy déclaré coupable d'un meurtre et d'un assassinat

La cour d'assises du Hainaut a tranché : 25 ans de prison sont requis.

Belga
L'ex-policier Francis Vandy déclaré coupable d'un meurtre et d'un assassinat
©Belga

L'avocat général a requis, jeudi, une peine de 25 ans de réclusion criminelle contre Francis Vandy, coupable d'un meurtre, d'assassinat et d'infraction à la loi sur les armes. La défense a plaidé une peine qui laisse un peu d'espoir à Francis Vandy, 72 ans, de ne pas terminer ses jours en prison. Le jury de la cour d'assises du Hainaut a prononcé dans un arrêt, jeudi, la culpabilité de Francis Vandy pour un meurtre et un assassinat, commis le 28 août 2019 à Forchies-la-Marche, et pour la détention d'armes et de munitions sans autorisation.

L'ancien commissaire de police a abattu deux hommes, Constantin Tomescu et Gabriel Ghelmegeanu, âgés de 48 et 45 ans, d'une balle dans la tête. Il avait surpris les deux hommes en train de pêcher la carpe dans son étang privé.

Selon les jurés, rien ne permet de dire que l'accusé était animé de l'intention de tuer quand il est arrivé à son étang, le 28 août 2019 en soirée. Un tir instinctif dans le front a tué Constantin Tomescu.

Par contre, les jurés estiment que le second tir, qui a tué Gabriel Ghelmegeanu, a été prémédité par l'accusé, par crainte d'être dénoncé pour le premier crime. Les quelques secondes entre les deux tirs sont suffisantes pour établir la circonstance aggravante de préméditation.

L'excuse de provocation n'est pas établie en raison d'un critère de disproportionnalité. Aux yeux du jury, les visites à l'étang ne constituent pas des violences graves et les violences physiques ne sont apparues qu'au gré des différentes versions de l'accusé.

Dans la foulée de l'arrêt sur la culpabilité, l'avocat général a requis une peine de 25 ans de réclusion criminelle contre l'ancien policier, demandant aux jurés de ne pas descendre sous la barre de 23 ans.

Il a reconnu une circonstance atténuante en faveur de l'accusé: son état de santé fragile. L'absence d'antécédents judiciaires n'est pas une circonstance atténuante, selon l'avocat général.

Le magistrat du parquet a placé de l'autre côté de la balance, l'extrême gravité des faits, l'absence de remords et d'amendements et les mensonges organisés juste après la commission des crimes.

Les avocats de Francis Vandy ont plaidé des circonstances atténuantes en faveur du septuagénaire: l'absence d'antécédents judiciaires, sa personnalité qui s'est forgée dans le monde militaire, le bien qu'il a exercé dans l'exercice de sa fonction, le stress encouru lors de sa carrière de policier et sa déchéance professionnelle, concomitante à la dégradation de son état de santé.

Un verdict est attendu dans la soirée.