Menaces contre Van Quickenborne: le ministre de la Justice autorisé à quitter sa safe house

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne a été autorisé à quitter la safe house où il séjourne depuis la fin de la semaine dernière.

Menaces contre Van Quickenborne: le ministre de la Justice autorisé à quitter sa safe house
©Photo News

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne, sur qui planaient des menaces d'enlèvement, a quitté sa safe house dans laquelle il se trouvait depuis la fin de la semaine passée, a-t-on pu constater à l'occasion de la cérémonie pour le 50e anniversaire de la Direction des Unités spéciales de la police fédérale, à Etterbeek. Le ministre a assisté à cet événement aux côtés, entre autres, du roi Philippe, du Premier ministre Alexander De Croo, de la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden et du secrétaire d'État à la Digitalisation, Mathieu Michel.

Vincent Van Quickenborne avait été abrité dans un lieu tenu secret avec sa femme et deux de ses enfants après avoir fait l'objet de menaces d'enlèvement.

"La décision a été prise mercredi soir. Je reste toujours sous haute protection et je dois donc limiter mes déplacements à l'essentiel. Je pense toutefois qu'il était important d'être ici aujourd'hui pour témoigner de ma reconnaissance envers ces personnes qui nous protègent quotidiennement, pour leur engagement, leur dévouement et leur travail", a déclaré le ministre de la Justice.