Affaire Sky ECC: trois suspects citent le ministre Van Quickenborne en justice qui se dit "très serein"

Trois prévenus dans d'importants dossiers de drogues ouverts à la suite du démantèlement du service de messagerie crypté Sky ECC ont cité en référé le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne.

Belga
Affaire Sky ECC: trois suspects citent le ministre Van Quickenborne en justice qui se dit "très serein"
©PHOTONEWS

Leurs avocats exigent d'avoir accès au dossier, rapporte vendredi la Gazet van Antwerpen. Les avocats citent le ministre en justice en tant que représentant de l'Etat belge. "Nous demandons que l'ensemble du dossier originel autour de Sky ECC soit transmis", explique l'un des avocats, Me Frank Scheerlinck.

Début 2021, la police judiciaire fédérale avait réussi à craquer le logiciel de cryptage du réseau de communication Sky ECC, très prisé dans le milieu du trafic de drogues. Depuis, des dizaines de dossiers ont été ouverts et des centaines d'arrestations ont eu lieu. Autant de dossiers qui découlent du dossier-mère, ouvert dans le cadre d'une enquête judiciaire dirigée par un juge d'instruction de Malines. Les avocats de trois prévenus estiment avoir le droit de consulter le dossier-mère afin de pouvoir défendre au mieux leur client, mais le parquet refuse de leur donner accès.

"Je veux pouvoir vérifier la légalité, je veux voir qui a craqué Sky ECC. Des Belges, des Néerlandais ou des Français?", affirme Me Frank Scheerlinck. "Nous devons pouvoir voir quelle méthode et procédure ont été suivies. Nous visons dans un Etat de droit", ajoute l'avocat.

Van Quickenborne très serein

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne entrevoit de manière sereine la citation à comparaître que trois prévenus lui ont adressée. "Je peux comprendre que certains suspects commencent à s'inquiéter. La lutte contre la mafia de la drogue s'intensifie. Ils se sentent acculés, à juste titre", a-t-il déclaré vendredi en marge de l'inauguration de la prison de Haren (nord de Bruxelles). M. Van Quickenborne estime tout de même "bizarre" que ce soit lui, en tant que ministre de la Justice, qui soit assigné. "La chambre des mises en accusation leur a donné tort, donc j'envisage cette procédure en toute confiance. L'affaire doit être plaidée la semaine prochaine."