Des policiers limbourgeois ont fait disparaître des amendes pour excès de vitesse

L'omerta au sein de la zone de police locale Saint-Trond-Gingelom-Nieuwerkerken, dans le Limbourg, a conduit à des excès inadmissibles, ressort-il d'un rapport d'audit du Comité P, l'organe de contrôle des membres du personnel des services de police, que le journal Het Belang van Limburg a pu consulter et relaie samedi.

Des policiers limbourgeois ont fait disparaître des amendes pour excès de vitesse
©FLEMAL JEAN-LUC

L'audit a été réalisé dans le cadre d'une enquête menée à l'encontre de deux officiers de police, qui doivent comparaître devant le tribunal correctionnel à la mi-octobre, après que l'intégrité de la zone de police locale a été mise en cause à plusieurs reprises.

L'audit révèle, entre autres, que les amis et la famille des agents concernés étaient informés au préalable des contrôles de vitesse. L'enquête pénale comprend également des preuves d'amendes qui ont disparu.

Des agents auraient également aidé l'exploitant d'une station-service à lutter contre les mauvais payeurs, mais sans établir de rapport de police. Ils ne respectaient donc pas la procédure de travail.

Il existe aussi des preuves de propos racistes envers des citoyens écrits dans des conversations WhatsApp. Selon le Comité P, cela peut également être lié à l'usage de violence non autorisée par certains policiers à l'encontre de groupes ou de communautés spécifiques.

Le Comité P a émis 13 recommandations, parmi lesquelles la nécessité de mettre en place une politique d'intégrité.