Bandes urbaines: Dido est décédé des suites des deux coups de couteau, selon le médecin légiste

Dido, victime de deux coups de couteau au niveau du flanc droit et de l'abdomen, est décédé à l'hôpital le lendemain.

Bandes urbaines: Dido est décédé des suites des deux coups de couteau, selon le médecin légiste
©BELGA

L'expert légiste, entendu par la cour d'assises de Bruxelles mercredi, a exposé que le décès de Dido est la conséquence de "deux coups par instrument tranchant et piquant ayant atteint le flanc droit et l'abdomen". Sept hommes, dont un fait défaut, sont accusés devant la cour d'avoir assassiné Dieudonné Boula, surnommé Dido, le 26 mai 2019 dans le quartier Matonge à Ixelles. "Deux blessures ont été mises en évidence durant mon examen", a expliqué le médecin légiste. "Une plaie au flanc droit, associée à une petite lésion à caractère abrasif, et une plaie abdominale. Ces plaies sont associées en profondeur à une plaie du lobe droit du foie et à une plaie du rein droit".

L'expert a également relevé d'autres types de plaies, qui n'ont pas été causées par un instrument tranchant et piquant, à savoir une "plaie contuse du cuir chevelu", des "lésions abrasives au front et à l'oreille gauche". Celles-ci pourraient, selon lui, résulter de coups par objet contondant ou d'une chute brutale. Elles n'ont pas contribué à la cause du décès.

Le médecin légiste a expliqué avoir conclu que le décès de la victime était dû à un "choc hémorragique", conséquence de "deux coups par instrument tranchant et piquant ayant atteint le flanc droit et l'abdomen".

Dans ce procès, sept hommes sont accusés d'être les auteurs d'une agression au couteau, fatale à Dieudonné Boula, surnommé Dido, le 26 mai 2019 vers 18h30, dans une galerie commerciale du quartier Matonge à Ixelles. Ils sont arrivés sur les lieux des faits à bord de deux véhicules. Dans le premier se trouvaient Daniel Nsumbu, Roger Balaka Wenge et Ngimbi Massamba. Dans le second se trouvaient Maxime Kacou Koffi, Brito Da Silva, Johan Bofane et Adry Nsumbu-Sengele. Des images de caméras de vidéo-surveillance montrent qu'ils se sont entretenus quelques instants, avant de se séparer en deux groupes. Les trois premiers sont entrés dans la galerie via la chaussée d'Ixelles tandis que les quatre autres y sont entrés via le square du Bastion.

Des images montrent également que Daniel Nsumbu a poursuivi la victime, déjà blessée à l'abdomen, en dehors de la galerie jusqu'à l'entrée de la rue d'Édimbourg. Il était muni d'un couteau et d'une chaussette lestée. Faisaient également partie des poursuivants Maxime Kacou Koffi, armé d'une matraque, et Johan Bofane, armé d'un revolver.