Mis "à l’abri" sans suivi psychiatrique, un détenu s’est immolé par le feu dans sa cellule de Saint-Gilles

Pour la médecin psychiatre Caroline Depuydt, responsable de l’hospitalisation sous contrainte à la clinique Fond’Roy à Bruxelles, il manque une procédure de "red flag" en prison qui permettrait d’activer une surveillance suicidaire.

*** TODAY'S BELGA ARCHIVE PICTURE *** 20110118 - BRUSSELS, BELGIUM: Illustration picture shows the entrance gate of the prison of Saint-Gilles - Sint-Gillis in Brussels, Tuesday 18 January 2011. BELGA PHOTO JULIEN WARNAND
Un détenu a mis le feu à son matelas lundi matin dans la vieille prison bruxelloise de Saint-Gilles. ©BELGA
Un jeune homme s’est immolé par le feu lundi dans sa cellule de la prison de Saint-Gilles, où il avait été incarcéré la veille au soir. Grièvement blessé, Hamza, 24 ans, est décédé de ses blessures. Vendredi matin, armé d’un couteau, il s’était présenté aux urgences d’un hôpital d’Anderlecht en criant "Allah akbar" et en déclarant qu’il allait mourir mais qu’il reviendrait avant de "tuer tout...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité