Croquis de justice: l’argent qui brûle les doigts des Thénardier

Un couple a priori charitable a pris soin de Madeleine(*). Et surtout de son magot.

La zone de police de Mons/Quévy a rapidement retrouvé la trace du braqueur.
©Police Mons/Quévy
C’est une affaire qui est "remontée" via une dénonciation anonyme. Ce n’est pas très glorieux, mais les faits ne le sont pas davantage. Cela se passe dans un huis clos du Borinage. Une dame, récemment veuve, fait une chute. Hospitalisée puis placée dans une institution, elle est in fine recueillie par ses voisins (Alain et Françoise(*)). Un geste d’apparente solidarité qui va bien vite se transformer en abus de faiblesse. En effet, Madeleine(*), la voisine, souffre du syndrome de Korsakoff, une maladie neurodégénérative souvent due à un abus sévère d’alcool. Bref, Madeleine ne va pas bien du tout et trouve chez Alain et Françoise...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité