L'ex-animateur de la VRT Sven Pichal reste en prison après l'appel du parquet, son émission arrêtée

L'ex-animateur de la VRT, Sven Pichal, restera finalement en prison.

Sven Pichal - 'De Inspecteur' keert niet terug op Radio2
L'ex-animateur de la VRT, Sven Pichal, est placé sous surveillance électronique

Plus tôt dans la journée, la chambre du conseil d'Anvers avait décidé de le placer sous surveillance électronique, mais le parquet a fait appel de cette décision. Le quadragénaire restera donc écroué dans l'attente de la décision de la chambre des mises en accusation d'Anvers.

Sven Pichal a été arrêté la semaine dernière dans le cadre d'une enquête pour détention d'images à caractère pédopornographique et est détenu à la prison de Turnhout.

Le parquet a fait savoir mercredi que cinq procédures judiciaires étaient actuellement en cours. L'enquête a débuté au mois d'août lorsqu'une plainte a été déposée auprès de la zone de police d'Anvers pour des allégations de détention et de diffusion d'images à caractère pédopornographique. Le parquet a été immédiatement informé.

"Le soir même (où la plainte a été déposée), un juge d'instruction a été saisi en raison de la gravité des faits, de la nécessité d'obtenir des preuves et de l'énorme impact de ces faits sur les victimes. Chaque photo d'un enfant est celle d'un enfant qui a été violenté", a indiqué le porte-parole du ministère public, Kristof Aerts, dans un communiqué de presse.

Un premier suspect, âgé de 34 ans, a été placé sous mandat d'arrêt le 14 août pour la détention et la diffusion d'images pédopornographiques. La chambre du conseil a confirmé son arrestation. Quatre autres hommes - tous originaires d'Anvers et âgés de 35, 39, 42 et 44 ans - ont par la suite été interpellés dans le cadre de cette affaire. L'homme âgé de 39 ans a pu disposer après audition tandis que celui de 42 ans a été libéré sous conditions, tous deux n'étant suspectés que de la détention de telles images.

Le suspect de 35 ans et Sven Pichal, âgé de 44 ans, ont pour leur part été placés sous mandat d'arrêt le 25 août dernier pour la détention ainsi que la diffusion d'images à caractère pédopornographique. Mercredi matin, la chambre du conseil avait décidé de les placer sous bracelet électronique, mais le parquet a fait appel de la décision. Les deux hommes doivent dès lors comparaître devant la chambre des mises en accusation, qui devra décider de les placer sous surveillance électronique ou de les maintenir derrière les barreaux.

Un expert psychiatre a par ailleurs été désigné pour évaluer l'état mental des quatre hommes inculpés. "L'enquête judiciaire continuera d'être menée par la zone de police d'Anvers sous la supervision d'un juge d'instruction", a-t-il encore été précisé.

Dans la foulée de son arrestation, Sven Pichal avait annoncé par l'intermédiaire de son avocat qu'il quittait avec effet immédiat la VRT, où il présentait notamment l'émission de consommation "De Inspecteur" sur Radio 2.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...