Le couple, qui vient d'écrire un nouveau livre intitulé "Dossier Dutroux: la vérité", a été aidé dans ses recherches par Jean-Pierre Adam, l'un des enquêteurs principaux de la cellule de Neufchâteau. Le livre, édité par "Vrijdag", sortira ce vendredi. Il y a 25 ans, le dimanche 23 août, Eefje Lambrecks et An Marchal disparaissaient à Blankenberge et n'ont été retrouvées qu'un an et 12 jours plus tard.

"Le livre a vu le jour car on ne sait toujours pas ce qui est arrivé précisement aux enfants. Il y a des éléments qui n'ont pas fait l'objet d'enquêtes et qui ne correspondent pas à la version connue de tous", explique mardi Els Schreurs.

L'enquête a laissé entendre que Marc Dutroux était un pervers agissant seul qui avait commis les faits simplement pour répondre à ses besoins. Un point de vue que ne partagent pas les Lambrecks et d'autres parents. "La lecture officielle de tous les documents n'apporte aucune réponse à toutes ces questions", souligne Els Schreurs.

Jean Lambrecks estime pour sa part que Marc Dutroux faisait partie d'un réseau criminel international plus vaste avec des ramifications aux Pays-Bas et en Allemagne.

Il y a par exemple la piste d'un médecin qui, peu après le 24 juin 1995, date de disparition de Julie et Mélissa, avait vu une voiture rouge, une Ford Fiesta, sur les lieux de leur disparition. "Il l'avait écrit dans une lettre et l'avait remise à la gendarmerie d'alors en septembre. Il avait même donné les premiers chiffres et une première lettre de la plaque d'immatriculation. Selon les enquêteurs liégeois, cela n'était pas vérifiable. La plaque d'immatriculation était au nom de la femme d'une personne de l'entourage de Dutroux, également présente à l'hôtel Brazil à Blankenberge. Cela constitue donc un lien entre la disparition de Julie et Melissa et Dutroux et celle d'An et Eefje. Si on avait enquêté sur ce point peut-être que beaucoup de souffrances humaines auraient été épargnées", renchérit la compagne de Jean Lambrecks.

"Nous voulons prouver que des indices concrets n'ont pas été examinés. L'enquêteur principal Jean-Pierre Adam a été impliqué (...) dans l'enquête, mais a clairement été confronté à des réticences. (...) Dans le livre, nous corroborons tout avec des PV et des rapports du dossier", précisent encore Els Schreurs et Jean Lambrecks, qui ont passé neuf ans à chercher la vérité.

Marc Dutroux, Michelle Martin et leur complice Michel Lelièvre avaient été condamnés en juin 2004 par la cour d'assises d'Arlon. Marc Dutroux avait été condamné à la prison à perpétuité. Quant à Michelle Martin, condamnée à 30 ans de réclusion, et Michel Lelièvre, qui avait écopé d'une peine de 25 ans, ils ont entre-temps été libérés.