Le parquet a requis quatre ans de prison ferme et une interdiction d'exercer une fonction avec des enfants à l'encontre de Yacob Mahi, professeur de religion islamique qui travaillait à l'athénée Leonardo Da Vinci à Anderlecht.

Le prévenu doit répondre de faits de mœurs sur un mineur de moins de 16 ans et de coups et blessures à l'égard d'un autre élève de l'établissement scolaire.

Le parquet a estimé qu'il était coupable des faits qui lui sont reprochés, sans doute raisonnable.

Les faits d'attentat à la pudeur, d'incitation à la débauche et de harcèlement avaient été dévoilés en février 2014.

Yacob Mahi a toujours nié et démenti avoir eu la moindre attitude incorrecte vis-à-vis de cet élève. Il plaide son acquittement. 

Le jugement sera prononcé le 5 novembre.