L’ancien député aurait été victime d’une expédition punitive.

Cinq hommes et une femme doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Bruges pour une expédition punitive contre Tanguy Veys, un ancien député flamand du Vlaams Belang. Ce dernier avait été frappé et volé devant le domicile de son ex-femme à Ardoye, en Flandre occidentale.

Les faits s’étaient produits le 2 février, alors que Tanguy Veys venait chercher son fils chez son ex-épouse. Sans raison apparente, des jeunes hommes ont commencé à le frapper dans la rue.

D’après l’enquête, les coups ont été infligés par A.D. et M.D. de Roulers ainsi que Y.S. d’Ardoye. Mais ceux-ci auraient agi pour le compte de R.V., le nouveau partenaire de l’ex-femme de Tanguy Veys.

Le parquet a requis 25 mois de prison contre R.V. et 18 mois à l’encontre des trois présumés "exécutants". Un autre individu, qui aurait servi d’intermédiaire pour recruter la bande de malfrats, risque une peine de prison avec sursis.

R.V. a démenti être le commanditaire de l’expédition punitive. "Il n’allait quand même pas faire cela devant sa propre porte, alors qu’il sait qu’elle est entourée de caméras de surveillance ?" a plaidé son avocat.

Le jugement est attendu le 30 août.