Le confinement qui a plongé la Belgique dans une torpeur depuis trois semaines a des conséquences sur certaines personnes qui se sont vu retirer leur permis.

Celles-ci ne peuvent en effet récupérer leur licence de conduite car elles doivent d'abord subir une évaluation médicale ou repasser les épreuves théorique et pratique du permis. L'Ordre des barreaux flamands tire la sonnette d'alarme mercredi dans les journaux Krant van West-Vlaanderen et Het Laatste Nieuws. De nombreuses personnes qui ont été condamnées à une interdiction de conduire se retrouvent dans le pétrin, explique l'Ordre des barreaux flamands, qui reçoit de nombreuses questions de la part de ce public. Après un retrait, le juge peut émettre des conditions pour qu'elles récupèrent le précieux sésame, comme ordonner une évaluation médicale et physique ou les obliger à repasser les examens théorique et pratique.

Or, en raison du confinement destiné à endiguer la propagation du nouveau coronavirus, tous les centres d'examens du pays sont fermés. Aucun examen ne peut donc être effectué et les condamnés ne peuvent dès lors récupérer leur permis.

"Tout ce que nous pouvons dire, c'est que les automobilistes doivent être patients", réagit Vias, l'institut de sécurité routière. "Les tests médicaux et psychologiques ne peuvent être réalisés en toute sécurité, en respectant la distanciation sociale de 1,5 mètre. Ils sont suspendus au moins jusqu'au 19 avril", explique-t-il. "Nous comprenons que cela peut être embêtant, surtout pour les personnes qui ont besoin de leur véhicule pour travailler. Mais c'est un désagrément lié à la crise du nouveau coronavirus."

L'Ordre des barreaux flamands a l'intention d'envoyer une note au ministre de la Justice Koen Geens pour qu'il trouve une solution.