La plupart des 28 laboratoires de drogue démantelés en Belgique en 2020 sont liés à des criminels néerlandais, affirme Marc Vancoillie, du service central de la lutte contre la drogue de la police fédérale belge. M. Vancoillie souligne avoir découvert l'année dernière un tiers de laboratoires de plus qu'en 2019.

En Rhénanie-du-nord-Westphalie, en Allemagne, où trois laboratoires de stupéfiants ont été démantelés au cours des dernières années, la police constate surtout la présence néerlandaise dans la quantité de déchets chimiques déchargés, ressort-il des enquêtes et de l'analyse des substances ainsi que de véhicules néerlandais trouvés sur place.

Les trafiquants se rendent à l'étranger afin de réduire les risques d'être pris puisqu'"ils ne sont pas reconnaissables en Belgique et peuvent s'y déplacer librement", selon M. Vancoillie. La frontière complique par ailleurs la collaboration entre les polices néerlandaises et belges.

Les autorités belges et allemandes plaident pour une collaboration structurelle et systématique entre leurs pays mais "les différences entre les systèmes juridiques entraînent régulièrement des difficultés de communication", souligne le commissaire allemand Andreas Heisig, qui appelle également la police néerlandaise à une "meilleure coopération".