Au sortir de la salle d’audience qui venait de prononcer son acquittement dans le dossier de corruption mis à sa charge, Alain Mathot se réjouissait d’avoir été enfin entendu. Il se montrait toutefois prudent puisqu’il savait que le parquet de Liège avait encore la possibilité de faire appel. Et, même si le délai légal est de 15 jours, il n’a fallu que quelques heures pour prendre la décision. Un appel sera bel et bien déposé tout prochainement et Alain Mathot devra se défendre des soupçons qui pèsent sur lui, devant la Cour d’Appel de Liège.

Pour rappel, ce jeudi matin effectivement, le tribunal correctionnel de Liège a acquitté l’ex-bourgmestre de Seraing concernant la corruption et les infractions de faux, de blanchiment, d’abus de biens sociaux et d’infractions aux enchères publiques commises lors de la construction de l’incinérateur Uvelia à l’usine Intradel par la société Inova France.

Le tribunal a analysé le dossier en profondeur et n’a relevé aucun élément permettant de retenir que l’ex-député-bourgmestre de Seraing aurait reçu des fonds de Philippe Leroy, son principal accusateur et ex-patron de la société Inova France qui a construit le fameux incinérateur.

L’ex-député-bourgmestre de Seraing n’avait pas été jugé en même temps que les autres protagonistes du dossier car son immunité parlementaire n’avait pas été levée. Lors des débats devant le tribunal correctionnel, il avait contesté les accusations formulées contre lui et avait réclamé son acquittement, avant de l’obtenir… pour le moment.