L’association estime qu’ils ont commis des fautes déontologiques dans le dossier du prince de Croÿ. L'avocat Arnaud Jansen a transmis un droit de réponse à ce sujet.

DROIT DE REPONSE

Ce 17 décembre, La Libre a publié en ligne un article « Dubai Papers : Attac s’en prend aux avocats Afschrift et Jansen ».

Attac se réfère à une enquête de Paris Match qui a fait l’objet d’un droit de réponse et de contestations en bonne et due forme de ma part. En résumé : il est faux de soutenir que j’aurais pris part de manière assidue au «réseau Helin », que j’aurais pris part à des montages frauduleux ou que j’aurais été apporteur d’affaires (l’auteur de l’article rappelle cette dernière dénégation).

Je n’ai pas attendu la réaction d’Attac pour, d’initiative, tenir les autorités ordinales informées en toute loyauté. Il n’y a pas le moindre manquement déontologique qui m’ait été reproché à ce jour, de telle sorte que cette soi-disant plainte adressée au bâtonnier est un non-événement.

Il n’existe aucun conflit d’intérêts. Contrairement à ce qu’indique l’article incriminé, je ne suis plus membre du Conseil de discipline des barreaux du ressort de la cour d’appel de Bruxelles. En outre, c’est La Libre qui m’apprend que je serais candidat au bâtonnat en 2020…

Arnaud Jansen

Avocat

---------

L'article d'origine:

Dans une série d’articles consacrés, dans Paris Match, au versant belge des "Dubaï Papers", notre confrère Frédéric Loore avait mis en lumière l’implication présumée dans les montages supposés frauduleux du groupe Helin, dirigé par le prince Henri de Croÿ, de deux avocats fiscalistes très connus, Mes Thierry Afschrift et Arnaud Jansen.

Ces articles ont attiré l’attention de nombreuses personnes, parmi lesquelles des membres de l’association Attac qui, lundi, a adressé une plainte au bâtonnier de l’Ordre français du barreau de Bruxelles.

La plainte vise les deux avocats et demande l’ouverture d’une instruction pour vérifier s’il y a eu ou non, de leur part, infraction aux règles déontologiques. La question du conflit d’intérêts est aussi soulevée dès lors que Me Afschrift est conseiller suppléant à la 6e chambre fiscale du tribunal correctionnel de Bruxelles et que Me Jansen est membre du conseil de discipline du barreau et candidat au bâtonnat 2020.

Attac s’intéresse au système

Le responsable d’Attac Bruxelles, Christian Savestre, nous a précisé que l’organisation qu’il représente avait réagi à la lecture des articles de Frédéric Loore et décidé d’agir "car la raison d’être d’Attac, créée en France et aujourd’hui implantée dans 21 pays, est de traquer les injustices et les inégalités fiscales". "Notre démarche, indique encore M. Savestre, consiste à nous intéresser non pas aux bénéficiaires de montages comme les Dubaï Papers mais à ceux qui les rendent possibles, car l’évasion fiscale n’existerait pas sans les avocats d’affaires et les experts comptables".

En novembre de cette année, l’État belge s’est constitué partie civile dans le dossier des Dubaï Papers. Pour rappel, une enquête a été ouverte en France à la suite de révélations sur l’existence d’un réseau de blanchiment de fraude fiscale à l’échelle internationale qui s’est noué à partir du début des années 2000 autour du groupe Helin, basé aux Émirats arabes unis et dont le fondateur est le prince (belge) Henri de Croÿ, poursuivi en Belgique pour fraude fiscale avant d’être acquitté en 2015 par la cour d’appel de Liège.

Les noms de Mes Afschrift et Jansen, révélait Paris Match, étaient cités en tant qu’apporteurs d’affaires à la société Helin. L’Écho avait, lui, indiqué qu’une cinquantaine de Belges avaient confié au Prince, au cours de la période allant de 2002 à la fin 2018 des sommes pouvant s’élever à 13 millions d’euros.

Le parquet fédéral a ouvert une information judiciaire sur ce réseau. L’Office central de la délinquance économique et financière (OCDEFO) a été chargé de l’enquête.

Un magistrat fédéral s’est rendu à Paris le 13 septembre dans les locaux du parquet national financier. En Suisse, le prince de Croÿ a été inculpé d’abus de confiance et de gestion déloyale.

D’autres plaignants ?

L’avocat Arnaud Jansen a toujours contesté formellement avoir été un apporteur d’affaires au service du groupe Helin. Il l’avait fait savoir dans un communiqué signé par son conseil, Me Jean-Pierre Buyle.

D’après certaines informations, d’autres personnes (morales et physiques) examineraient l’opportunité de s’associer aux plaintes d’Attac.