La catastrophe avait fait 14 morts et 19 blessés. L'avocate générale a également demandé au tribunal correctionnel de Liège d'accorder la suspension du prononcé aux trois autres prévenus, soit un agent technique et une responsable du Service de sécurité et de salubrité publique (SSSP) de la Ville de Liège ainsi que l'intercommunale d'incendie de Liège et environs (IILE).

Le ministère public estime que le "comportement de Mehmet C." doit être sanctionné d'une peine "supérieure à un an de prison pour la protection de la société". Le propriétaire se trouverait dès lors en état de récidive légale, ce qui pourrait lui permettre de réaliser l'importance de ses actes, a expliqué l'avocate générale.

Elle a toutefois estimé, pour l'agent technique et la cheffe de service du SSSP, que leur comparution suffisait à sanctionner leur négligence. Elle a également émis des doutes quant à la responsabilité de l'IILE - soit des pompiers - et a demandé au tribunal, s'il estimait cette responsabilité avérée de lui accorder la suspension du prononcé.