Il s'agit du recrutement de profils spécialisés, tels que des experts en informatique. Annelies Verlinden a qualifié la vaste opération antidrogue de mardi de "coup dur pour la criminalité". Au total, 48 personnes ont été privées de liberté pour audition et plus de 1,2 millions d'euros ont été saisis. 17 tonnes de cocaïne ont également été saisis. Cette vaste opération a été rendu possible grâce à l'interception de communications utilisant le logiciel de cryptage de SKY ECC.

"Briser la communication d'un si grand réseau criminel est un grand pas en avant", a estimé Annelies Verlinden. "Mais cela ne doit pas s'arrêter là. Quand j'ai pris mes fonctions il y a cinq mois, j'ai indiqué que la police judiciaire fédérale avait besoin de plus de personnel et de moyens. Nous devons donc nous assurer que ces ressources soient affectées rapidement."

Un plan stratégique 3.0 a entretemps été élaboré pour la PJF, sous la supervision de son directeur Eric Snoeck. Ce plan définit quels choix doivent être opérés pour renforcer le service. "Il a également été décidé d'investir des moyens supplémentaires, principalement dans le recrutement de profils spécialisés, tels que des experts en informatique. Ces postes ont été ouverts, 450 pour le PJF, dont 100 rien qu'à Anvers."

Les premières personnes engagées pourront commencer dès que leur formation sera terminée. Actuellement, quelque 5.000 personnes peuvent traiter ce genre de dossiers au sein de la PJF. "L'équipe est là, cela ne fait aucun doute. Mais il est aussi vrai que la criminalité doit toujours avoir une longueur d'avance. Et c'est pourquoi nous devons également recruter et investir dans l'infrastructure informatique, la recherche internet, etc."