S'il n'exécute pas ces travaux dans les temps, il pourrait écoper de 15 mois de prison. Après la nouvelle reconnaissance des communautés religieuses locales annoncée en novembre dernier par le ministre flamand Bart Somers, sa collègue avait posté un message sur Facebook avec des commentaires acerbes sur les mosquées de la Diyanet. Le prévenu, originaire de Turquie, était parvenu sur le site de Mme Demir et lui avait envoyé, via ce site, un courriel de menaces en turc qui était parvenu au cabinet de la ministre. Dans son courriel, le jeune homme ordonnait à la ministre de se taire, sous peine d'être violée ou d'être attaquée à son domicile.

Les enquêteurs avaient réussi à mettre la main sur l'individu grâce à son adresse IP. Ce chômeur de 24 ans vit non loin de Zuhal Demir. Il a été condamné à 150 heures de travail alors que le ministère public en avait requises 80. "En infligeant une peine plus longue et une peine de substitution de 15 mois de prison, le tribunal a tenu compte de la nature des menaces et du ton particulièrement désagréable du Genkois à l'égard d'une femme politique qui ne partage pas son avis."

Le téléphone portable du prévenu qui a servi a envoyé le mail a été confisqué. Il devra aussi dédommager Mme Demir à hauteur de 500 euros.

"Le tribunal a envoyé un signal disant que les femmes ne doivent pas accepter cela", a commenté la ministre. "La façon dont cet individu voulait réduire une femme au silence est hallucinante. Nous ne pouvons pas laisser passer sans rien dire l'étalage de violence sexuelle dans ses menaces. Quant aux 500 euros de dédommagement, je vais les reverser à une organisation qui lutte contre les violences sexuelles."