Infrabel considère toutefois que cette décision "n'entrave pas gravement" ses missions, indique le gestionnaire dans un communiqué. "Pour Infrabel, la décision de saisir un degré d'appel, après un premier jugement rendu par le tribunal de police (...) avait été extrêmement difficile à prendre", ajoute Infrabel. "Elle était motivée par la volonté de maintenir une exploitation du réseau sûre et fiable tout en répondant aux attentes des clients du rail en matière de capacité."

Pour le gestionnaire du réseau ferroviaire, le tribunal a suivi les arguments de ses avocats en "n'entravant pas les missions futures d'Infrabel". Ce jugement "met un terme à la procédure judiciaire".

"En gardant en mémoire les victimes de l'accident de Buizingen, les équipes d'Infrabel continueront à œuvrer inlassablement à l'amélioration de la sécurité ferroviaire", conclut le communiqué.