L'assurance de protection juridique doit couvrir les frais et honoraires d'avocat non seulement lors d'un arbitrage comme c'est déjà le cas actuellement en droit belge, mais aussi si l'assuré a choisi de se faire assister d'un avocat lors d'une médiation. C'est le sens de la réponse rendue jeudi par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) à une question posée par la Cour constitutionnelle belge dans le cadre d'un recours des ordres d'avocats francophones, flamands et germanophone, a confirmé le président d'Avocats.be, Xavier Van Gils, à l'agence Belga.

La nouvelle loi sur les assurances de 2014 avait déjà étendu à l'arbitrage le droit au libre choix d'un avocat dans le cadre de l'assurance de protection juridique, et donc la prise en charge des frais et honoraires par l'assureur.

Mais ce n'était pas le cas pour la médiation, un procédé de règlement des conflits de plus en plus répandu et encouragé par les pouvoirs publics, dont l'Union européenne.

Dans son arrêt, la CJUE estime que le libre choix d'un avocat dans le cadre de l'assurance protection juridique doit être garanti également dans ces procédures de médiation judiciaire et extrajudiciaire.

Les ordres communautaires d'avocats en Belgique s'en sont réjouis vendredi. "La Cour opte pour une protection large des intérêts de l'assuré", selon Me Van Gils.

Il note que la justice européenne ne manque pas de souligner l'importance du rôle de l'avocat dans le contexte d'une médiation. "Les intérêts du preneur d'assurance qui a eu recours à la médiation seront mieux protégés s'il peut se prévaloir du droit au libre choix (de l'avocat), à l'instar du preneur d'assurance qui s'adresserait directement au juge", selon la haute juridiction basée à Luxembourg.

La procédure se poursuit désormais en Belgique devant la Cour Constitutionnelle, qui pourrait annuler l'article de la loi en question.