Les cinq juges du tribunal d'application des peines de Bruxelles se rendaient à Nivelles ce jeudi, afin de clôturer le dossier concernant la demande de remise en liberté de introduite par Marc Dutroux et ses avocats en 2019. Mais au vu d'un dernier rapport psychiatrique accablant, Me Bruno Dayez a affirmé qu'il renonçait, "à court et à moyen terme", à demander la libération anticipée de son client, rapporte RTL Info. 

"Le TAP actera le fait qu’en l’état actuel, Marc Dutroux ne demande pas sa libération", a déclaré l'avocat du criminel. "Je ne vais pas forcer le barrage. Cela n'a pas de sens d'aller me couvrir de ridicule par rapport à une expertise qui conclut qu'il (Marc Dutroux, ndlr) reste potentiellement dangereux et que pour l'instant, seul un cadre strict et fermé convient", a détaillé Bruno Dayez auprès de nos confrères, confiant également qu'il allait plutôt investir ses forces "dans l'amélioration ou la modification des conditions de détention" de Marc Dutroux.